Running Up That… Hit : le retour phénomène de Kate Bush

C’est l’histoire incroyable d’un retour inespéré et totalement inattendu. Comment une série télé à succès a ramené au top des tendances une chanson vieille de 40 ans et fait découvrir à une nouvelle génération une artiste presque retraitée, qui n’a plus sorti d’album depuis 10 ans.

La présence de « Running Up That Hill« , une chanson de Kate Bush sortie en 1985, dans la bande originale de la 4e saison de Stranger Things, a propulsé le titre dans la stratosphère des tendances internet, au sommet des plateformes de streaming et en tête des hashtags sur les réseaux sociaux.

Fan de Kate Bush depuis de longues années, j’ai vécu ce retour dans la lumière avec surprise et amusement. J’ai eu la chance de la voir en concert à Londres en 2014, une expérience que je ne suis pas près d’oublier. Avant Stranger Things, mes filles étaient agacées par ma passion pour cette « vieille chanteuse ringard« ; aujourd’hui, la chanson figure en tête de leur playlist.

Bien avant Stranger Things, j’ai bénéficié du pouvoir de la musique de Kate Bush. Elle m’a aidé à traverser des périodes difficiles. Elle m’a motivé et inspiré. L’album Hounds of Love est devenu un talisman, que j’écoute dans les situations stressantes, et l’album Aerial est devenu le disque anti-canicule, capable de me détendre et de me rafraîchir à la fois.

Drawing Up That Hill

Il fallait donc que je dessine un petit quelque chose à propos de ce comeback exceptionnel.

Inspiré à la fois par Stranger Things et « Running Up That Hill », j’ai d’abord conçu une animation autour d’un Walkman, qui joue lui aussi un grand rôle dans cette 4e saison.

A partir de cette première animation, j’en ai ensuite réalisé une seconde, où je mets en scène mon avatar. La gamme de couleurs est inspirée de la photo de couverture de Hounds of Love, où figure « Running Up That Hill ».

En voici une version bande dessinée, créée à partir de captures d’écran de l’animation.

Running Up That Hill (Kate Bush)- vector illustration

Comment expliquer ce retour incroyable ? Sans doute par le succès de la série et l’étrange beauté de la chanson.

Stranger Things

J’ai dévoré la première saison de Stranger Things, sortie en 2016 sur Netflix, comme une friandise délicieusement sucrée. Un bonbon nostalgique et doucement parodique qui plonge dans les années 80, à Hawkings (Indiana), sur les traces d’une bande de gamins confrontés à des phénomènes inexpliqués.

Ça vous rappelle quelque chose ? C’est normal, c’est fait exprès ! Cette série, créée par les frères Duffer, rend en effet un hommage appuyé au cinéma des années 80, à travers un récit et une mise en image conçus autour de cette idée : et si Spielberg avait adapté le roman Ça de Stephen King ? Ou si Stephen King avait écrit le script d’E.T. ? Et si la rencontre entre ces deux géants de la pop culture eighties avait été mise en musique par John Carpenter ?

Ajoutez au mélange quelques références aux jeux de rôles et à Lovecraft, avec une bande son qui mixe musique électronique vintage et tubes d’époque. La recette miracle replonge les parents en enfance et propulse leurs enfants dans l’univers délicieusement exotique et désuet d’une époque sans téléphone portable et sans internet.

Mêlant adroitement horreur et comédie, Stranger Things a été le hit surprise 2016. L’histoire est bouclée à la fin de la première saison, mais le succès pousse Netflix à exploiter le filon. Les Duffer étoffent leur histoire. Les saisons 2 (2017) et 3 (2019) voient les jeunes héros revenir et grandir, rejoints par de nouveaux personnages, pour affronter d’autres phénomènes surnaturels et explorer plus avant ce « monde à l’envers » si terrifiant.

Il a fallu longuement patienter avant de découvrir cette quatrième saison, retardée par le COVID. Une attente récompensée par des épisodes plus longs et un récit plus complexe, éclaté entre différents lieux géographiques et différentes intrigues.

Running Up That Hill (A Deal With God)

La grande surprise de cette saison est musicale. Les créateurs de Stranger Things se sont beaucoup appuyés sur les hits eighties pour illustrer leur histoire et parfois caractériser certains personnages.

Avant même la diffusion de ces nouveaux épisodes, des rumeurs circulaient que de la musique de Kate Bush figurerait dans la saison et qu’elle y jouerait un rôle majeur. 

De fait, dès le premier épisode, la jeune Max, un des personnages principaux, écoute « Running Up That Hill » sur son Walkman. L’enthousiasme du fan monte d’un cran. 

J’ai un peu de retard sur la diffusion des épisodes. Je vois Kate Bush et la chanson revenir en tendance sur Twitter et TikTok, et surtout au top des plateformes de streaming.

A la fin de l’épisode 4, je comprends les raisons de cet engouement inattendu. Dans une séquence déjà culte, « Running Up That Hill » sauve littéralement la vie de Max.

Attention spoiler :

Cette scène très impressionnante résonne toujours en moi. Elle illustre parfaitement le pouvoir de la musique dans nos vies : inspiration, motivation, guérison,… Son impact émotionnel explique pourquoi les fans de la série se sont mis à écouter la chanson en boucle, à découvrir l’album Hounds of Love sur lequel elle figure et plus généralement l’oeuvre de Kate Bush.

L’étrange Kate Bush

La rencontre Kate Bush – Stranger Things était en quelque sorte inévitable, tant l’étrangeté de la musique de la chanteuse anglaise colle parfaitement à l’ambiance de la série.

Repérée à 15 ans par David Gilmour, guitariste de Pink Floyd, Kate Bush devient un phénomène pop en Angleterre dès la sortie de son premier single, « Wuthering Heights », qui déboule en 1978, en pleine vague punk, et se vers la première place des charts anglais.

Autrice et compositrice, l’interprète impose dès le début un style inimitable, une pop sophistiquée teintée de rock progressif et des textes personnels baignés de mystère et de surnaturel. Elle impose aussi un univers visuel singulier, où elle met à profit ses talents de mime et de danseuse.

Très vite, elle se passionne pour la production. Elle coproduit Never for Ever, troisième album sur lequel figure le hit « Babooshka« , et bricole avec le Fairlight, ancêtre du sampler, qui ouvre de nouveaux horizons à ses compositions. Elle prend le contrôle total et produit The Dreaming (1982), album expérimental et audacieux qui ne trouve pas son public.

Hounds of Love

Kate Bush prend le temps de digérer cet échec. Elle construit son propre studio d’enregistrement et s’y enferme de longs mois pour concocter son nouvel album, Hounds of Love, un disque à la fois expérimental et accessible, divisé en deux parties distinctes : une face « commerciale » avec les singles, une face conceptuelle composée d’une suite de chansons autour d’une femme perdue en mer.

« Running Up That Hill (A Deal With God) », le single qui ouvre l’album, sort en éclaireur en 1985 et grimpe à la troisième place du Top britannique. L’album, lui, entre directement à la première place. Les Etats-Unis sont plus frileux. Le single plafonne à la 30e place du Billboard.

La chanson était initialement intitulée « A Deal With God » (Un pacte avec Dieu), mais la maison de disques craignait que ce titre ne froisse une partie des auditeurs et des acheteurs (surtout aux USA). Le texte parle des difficultés de communication dans un couple.

And If I only could
I’d make a deal with God
And I’d get him to swap our places
Be running up that road
Be running up thant hill
Be running up that building
Say, if I only could, oh

La musique est représentative du style Kate Bush : une base électronique, des instruments exotiques (ici le balalaïka) et surtout les voix, toutes chantées par Kate.

« Running Up The Hill » et l’album Hounds of Love sont l’apogée commerciale de la carrière de Kate Bush. Les albums s’espacent. The Sensual World en 1989 est un album plus rock, baigné d’instruments celtiques et de voix bulgares. En 1993, après l’éclectique The Red Shoes, elle disparaît des radars.

Silences, mystères et attentes

Après 12 ans d’absence, Kate Bush revient en 2005 avec le double album Aerial, un disque apaisé et ensoleillé, qui reprend la formule gagnant de Hounds of Love : un disque de chansons, un disque composé d’une suite conceptuelle traversée de chants d’oiseaux.

L’artiste ne cherche plus à signer des hits. Elle épure son écriture et dépouille ses arrangements. En 2011, elle revisite au printemps une partie de son répertoire dans l’album Director’s Cut avant de sortir en fin d’année 50 Words For Snow, une collection de contes hivernaux, nourris de jazz et dominés par le piano.

Les fans se préparent à une nouvelle longue attente avant un nouvel album, mais des rumeurs persistantes évoquent une participation de la chanteuse à la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Londres en 2012. Un remix de « Running Up That Hill » sort, la chanson figure dans le show, mais Kate Bush reste invisible.

Before the Dawn

En 2014, contre toute attente, elle annonce une série de concerts à Londres, 35 ans après son unique tournée. Les places sont vendues en quelques minutes. Le spectacle, intitulé Before The Dawn, très théâtral, est largement construit autour des albums Hounds of Love et Aerial.

« And Dream of Sheep », une des perles de Hounds of Love. Vidéo projetée pendant le show « Before The Dawn ».

Les fans qui n’ont pas pu assister aux représentations attendent patiemment un DVD du concert. En vain. Un triple album live sort en 2016, mais le projet de film est abandonné.

Depuis, silence radio, hormis la sortie de rééditions en vinyle et CD. La discrète Kate Bush fuit les médias et les réseaux sociaux. Quelques rumeurs, des espoirs, mais rien de concret, jusqu’à ce retour en lumière soudain grâce à Stranger Things.

Records

A l’heure actuelle, la chanson « Running Up That Hill » et l’album Hounds of Love ont déjà dépassé leur score initial dans le billboard US. Kate Bush pourrait décrocher son second numéro 1 dans le Top Singles anglais.

Au-delà des chiffres, c’est une nouvelle génération qui découvre l’artiste et sa musique. Kate Bush est sortie de son silence légendaire pour exprimer sa surprise et son excitation devant l’accueil sans précédent réservé à sa chanson. Elle n’a pas dit un mot sur ses projets.

L’histoire entre Kate Bush et Stranger Things n’est pas terminée. La seconde partie de la 4e saison sort le 1er juillet. De la musique de Kate Bush y serait à nouveau présente. Ensuite, mystère. La sortie de la version spéciale de Running Up That Hill entendue dans la série ? Une compilation ? Un nouvel album ? Une tournée ? Il faudra attendre pour le savoir.

Les fans le savent : de longues attentes sont suivies par de belles surprises !

Running Up That Hill (with a Walkman) - vector illustration

3 commentaires sur “Running Up That… Hit : le retour phénomène de Kate Bush

Ajouter un commentaire

  1. C’est super qu’elle soir (re)découverte, elle le mérite, elle est singulière, elle a fait ce qu’elle voulait de sa musique, avec personne pour lui imposer des choses et il y a plusieurs chansons très sympas d’elle. Je me rappelle de ces clips barrés que je regardais étant petite, de vraies pépites, même si ces gros yeux dans Babouchka me faisaient un peu peur ! 😀

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :