Sean Connery illustré

Ce 31 octobre 2021, alors que nous basculions à nouveau dans le confinement, nous apprenions le décès de Sir Sean Connery, à l’âge de 90 ans. J’ai été très touché par cette disparition. Sean Connery était l’un de mes acteurs favoris et, même s’il était retiré des écrans depuis des années, je ne l’avais pas oublié.

J’ai immédiatement voulu dessiner un hommage à cette immense star, mais pas question d’un hommage bâclé et précipité. J’ai pris le temps de réfléchir à mon illustration. Au début, je pensais réaliser un dessin composite, qui présenterait en une seule image plusieurs facettes de sa carrière. J’ai très vite changé d’idée et choisi de dessiner quatre illustrations différentes pour illustrer quatre rôles marquants dans sa longue carrière.

Oui, mais quels rôles choisir dans les quarante ans de carrière de Sean Connery ? Un personnage s’est imposé tout de suite. Pour choisir les 3 autres, je me suis plongé dans mes souvenirs de cinéphile et j’ai illustré ceux qui m’ont le plus marqué.

Sean Connery illustré : de James Bond à Henry Jones (dessin vectoriel flat design)

James Bond

Sean Connery est James Bond 007 - illustration vectorielle en flat design

Sean Connery imagine-t-il l’impact de James Bond sur sa carrière (et sur l’histoire du cinéma) quand il signe pour le rôle ? Le romancier Ian Fleming, créateur du personnage de James Bond, n’est d’abord pas convaincu par Connery. Il trouve que ce comédien écossais, grand, musclé, un peu brut de décoffrage, n’a pas le style qu’il a imaginé son personnage. Sa petite amie et l’épouse du producteur Albert Broccoli, toutes deux sous le charme de l’acteur, insistent et Sean Connery devient James Bond.

Coaché par le réalisateur Lester Young, qui l’aide à arrondir les angles et à trouver la gestuelle et les manières du personnage, Sean Connery incarne l’agent 007 à sept reprises. Le premier film, James Bond contre Dr No sort en 1962. Le succès est au rendez-vous et impose un nouveau genre cinématographique : le film d’espionnage.

Les films s’enchaînent à un rythme trépidant : Bons baisers de Russie (1963), Goldfinger (1964), Opération Tonnerre (1965). La saga se codifie, avec sa séquence de pré-générique, sa chanson et son générique stylisé, ses personnages récurrent. Assez rapidement, Sean Connery se sent prisonnier du rôle et cherche à s’échapper de cette cage dorée.

Il alterne d’abord avec d’autres rôles et tourne avec Hitchcock (Pas de printemps pour Marnie) et Sidney Lumet. Ce n’est pas suffisant. La popularité de James Bond est telle, que l’acteur craint d’être dévoré par le personnage. Durant le tournage de On ne vit que deux fois (1967), Sean Connery annonce qu’il est fatigué du personnage et que ce film sera son dernier James Bond.

Il est remplacé par George Lazenby, qui n’incarne Bond qu’une seule fois, dans Au service secret de sa Majesté (1969). Lorsque à la surprise des producteurs, Lazenby refuse de rempiler, le studio United Artists, pris de court, insiste pour que Sean Connery revienne et lui offre un salaire record. Les Diamants sont éternels (1971) marque donc le retour éphémère de l’acteur au rôle qui a fait sa gloire. Il est ensuite remplacé par Roger Moore.

Sean Connery rentrera une dernière fois dans le smoking de l’agent 007 pour Jamais plus jamais, en 1983. Ce remake de Opération Tonnerre est un James Bond non-officiel, initié par d’autres producteurs que les autres films de la série, suite à un long et compliqué conflit juridique.

Ramirez / Highlander

Sean Connery est Juan Ramirez dans Highlander : illustration vectorielle en flat design

Après avoir raccroché le smoking de James Bond, Sean Connery ne chôme pas. Il profite de sa célébrité pour explorer d’autres univers et tourner avec des réalisateurs renommés.

En 1986, il rejoint le casting de Highlander, réalisé par le jeune Russel Mulcahy, un réalisateur de clips vidéos reconnu. Sean Connery y incarne Juan Sanchez-Villalobos Ramirez, un gentilhomme espagnol immortel qui devient le mentor du héros, Connor McLeod (Christophe Lambert).

J’ai été fasciné par Highlander à l’époque, par la prestation de Connery, par le récit et le montage, même si l’esthétique clip du film a mal vieilli (les mauvaises langues diront que le film n’est qu’un long clip à la gloire des chansons de Queen).

Guillaume de Baskerville / Le Nom de la Rose

Sean Connery est Guillaume de Baskerville (illustration vectorielle en flat design)

La même année, Sean Connery incarne le moine franciscain Guillaume de Baskerville, qui enquête sur des morts mystérieuses dans une abbaye italienne, dans Le Nom de la Rose de Jean-Jacques Annaud.

Au départ, Jean-Jacques Annaud ne souhaite pas d’acteur célèbre dans son film, mais se laisse convaincre d’engager Sean Connery pour le rôle principal, au grand dam d’Umberto Eco et des producteurs. L’auteur du roman est d’abord horrifié par ce choix de casting. Les financiers estiment que Connery est has been et trop associé à James Bond.

Pourtant, l’acteur se glisse parfaitement dans la défroque du moine. Le film est un échec aux Etats-Unis, mais connaît un beau succès en Europe et remporte plusieurs prix (dont le César du meilleur film étranger).

Henry Jones / Indiana Jones et la Dernière Croisade

Sean Connery est Henry Jones dans "Indiana Jones et la dernière croisade" : illustration vectorielle en flat design

En 1989, Steven Spielberg choisit Sean Connery pour être le père d’Indiana Jones dans le troisième film de la série, Indiana Jones et la Dernière Croisade. Grand fan de James Bond, Connery est le premier choix du réalisateur, avant même que le film soit écrit. L’acteur rechigne d’abord, estimant que l’écart d’âge (12 ans) est trop faible entre Harrison Ford et lui. Il se laisse finalement convaincre et apporte quelques suggestions pour remodeler le rôle.

A l’écran, l’alchimie entre Harrison Ford et Sean Connery est visible. L’interprétation savoureuse du vieux rat de bibliothèque et la relation père-fils mouvementée apportent une valeur ajoutée à l’intrigue du film. On sent que Spielberg s’est beaucoup amusé à développer cette relation, qui relègue un peu la quête du Graal à l’arrière-plan.

Fin de carrière

Dans les années 90, Sean Connery connaît encore quelques beaux succès. Il commande un sous-marin russe dans A la poursuite d’Octobre rouge (1990) et dirige une mission commando sur l’île d’Alcatraz dans The Rock (1996).

Il s’égare aussi dans quelques flops. Il est le méchant savant terroriste dans l’adaptation ratée de la série TV Chapeau melon et Bottes de cuir (1998) et incarne un Allan Quatermain vieillissant dans La Ligue des Gentlemen extraordinaires (2003), un navet exécrable adapté de l’excellent comics d’Alan Moore. C’est le film de trop. Dégoûté par les tensions lors du tournage et meurtri par l’accueil critique et public à la sortie du film, il décide de mettre fin à sa carrière.

Il ne reviendra pas sur sa décision. Il refuse les rôles de Gandalf que lui propose Peter Jackson et de l’Architecte de Matrix, et décline une apparition dans le 4e Indiana Jones.

Évidemment, quatre dessins, ce n’est pas assez pour illustrer une telle carrière. J’aurais pu aussi dessiner tant d’autres personnages : Mark Rutland dans Pas de printemps pour Marnie (Alfred Hitchcock), le marshal William T. O’Niel dans Outland (un western de science-fiction méconnu de Peter Hyams sorti en 1981), Jimmy Malone dans Les Incorruptibles de Brian De Palma en 1987 (qui lui vaut un Oscar ) ou William Forrester dans Finding Forrester de Gus Van Sant en 2000 (un de ses dernier rôles). Autant de rôles marquants et de grands films dans une carrière exemplaire. Et j’en ai oublié probablement.

Et vous quels sont les personnages que vous auriez illustré ?

Dessiner Sean Connery (gif)

2 commentaires sur “Sean Connery illustré

Ajouter un commentaire

  1. Je trouve aussi que tes croquis représentent bien les principaux personnages qu’il a interprétés. Ils sont le reflet de ses films que j’ai appréciés (Je ne les ai pas tous vus…) tous les James Bond, les Indiana Jones et Highlander, entre autres… Sean Connery restera un grand acteur pour moi. J’ai apprécié ton article et tes dessins !🌞

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :