Photographier le Fort de la Chartreuse

Forteresse hollandaise construite entre 1817 et 1823, afin de protéger la ville de Liège, le Fort de la Chartreuse en a connu des guerres. Déclassé en 1891, il est réaffecté en caserne militaire. Il sert de prison allemande pendant la guerre de 14-18 et de 1940 à 1944, puis est converti en hôpital militaire par les Américains, de 1944 à 1945.

L’armée évacue le site de la Chartreuse en 1988. Depuis, le Fort est laissé à l’abandon. Il est livré aux ravages du temps, aux assauts des graffeurs et aux explorations des amateurs d’urbex.

Depuis peu, la Ville de Liège a entrepris des travaux de réhabilitation du domaine qui encercle le fort. Y a-t-il un espoir pour ce vestige du passé d’être préservé, réhabilité ? Le Fort de la Chartreuse a-t-il un avenir ?

Fort en gueule - Fort de la Chartreuse, Liège - Photo : Gilderic

Je ne suis pas un spécialiste de l’urbex, mais comme le fort et le domaine qui l’entoure sont à deux pas de chez moi, je me suis laissé tenté à explorer ces ruines.

Un bâtiment intimidant

Fort brumeux - Fort de la Chartreuse, Liège - Photo : Gilderic
Le bâtiment principal du Fort, dans la brume

L’ancien domaine militaire de la Chartreuse est assez étendu et plusieurs bâtiments en ruine y sont disséminés. Le plus intéressant est le corps principal du fort. Son architecture massive est assez intimidante, surtout quand vous vous en approchez un jour brumeux. La végétation a envahi la cour et s’attaque aux murs. Des arbres poussent sur les toits et à travers certaines fenêtres.

Un décor post-apocalyptique

Entrée - Fort de la Chartreuse, Liège - Photo : Gilderic

L’exploration de l’intérieur du bâtiment s’avère passionnante. Pour ma première visite, je me suis limité au rez-de-chaussée. Comme l’architecture a beaucoup souffert, je ne voulais pas m’aventurer seul aux étages.

A terre - Fort de la Chartreuse, Liège - Photo : Gilderic

Vous déambulez dans un décor apocalyptique, dévasté par le temps. Les décennies ont été impitoyables et ont ravagé les pièces.

Street art et graffitis

Enfilade - Fort de la Chartreuse, Liège - Photo : Gilderic

Le passé et le présent s’y affrontent violemment. Les artistes et les graffeurs ont pris possession des lieux et ces murs autrefois militaires sont devenus un terrain de jeu dédié au street art et au graffitis.

Le soldat transpercé (graffiti) - Fort de la Chartreuse, Liège - Photo : Gilderic

En tant qu’amateur de films fantastiques ou de science-fiction, ce décor m’a fait forte impression. Un vrai décor de film, à la fois irréel et mystérieux. Il ne faut pas grand chose pour enflammer votre imagination.

Perspective... - Fort de la Chartreuse, Liège - Photo : Gilderic

Jeux de lumière

Comme photographe, je suis sensible aux effets de lumière, à cette lumière qui vient fracasser la pénombre à travers les fenêtres cassées.

Peintures et graffitis - Fort de la Chartreuse, Liège - Photo : Gilderic
Des plantes au balcon - Fort de la Chartreuse, Liège - Photo : Gilderic

L’ambiance du fort s’impose facilement dans mes images. Je choisis de jouer avec cette lumière, de ne pas effacer les ombres, de leur conserver leur mystère.

Ombres et lumières - Fort de la Chartreuse, Liège - Photo : Gilderic

Les fantômes du passé

Il y a tellement de fantômes qui hantent ces pièces. Ils ont laissé des traces sur les murs. Ici une peinture, là une inscription gravée dans la pierre. Quelques souvenirs fragiles des soldats qui se sont succédés. Les vestiges de squatteurs ont aussi laissé une marque.

Douches - Fort de la Chartreuse, Liège - Photo : Gilderic

Il faut parfois beaucoup d’imagination pour se projeter dans le passé et deviner à quoi les pièces servaient. Le mystère n’en est que plus épais.

Douches froides - Fort de la Chartreuse, Liège - Photo : Gilderic
Saccage- Fort de la Chartreuse, Liège - Photo : Gilderic
Le concierge fantôme - Fort de la Chartreuse, Liège - Photo : Gilderic

A mesure que l’on avance, l’ambiance devient de plus en plus oppressante

Le monstre de la casemate - Fort de la Chartreuse, Liège - Photo : Gilderic

La lumière au bout du tunnel

Quand la lumière apparaît au bout du tunnel, on est soulagé de retrouver l’extérieur.

Tunnel - Fort de la Chartreuse, Liège - Photo : Gilderic

Cette première expérience en urbex m’a convaincu de poursuivre l’exploration du fort.

Sources

17 commentaires sur “Photographier le Fort de la Chartreuse

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :