Couvre-feu à Liège : Chroniques du confinement #11

Dans le dernier épisode des Chroniques du confinement, nous étions restés en vacances, en pleine incertitude. Ce n’était pas encore le reconfinement, mais ce n’était déjà plus le déconfinement. Une menace invisible planait dans l’air. Les événements annulés les uns après les autres laissaient un grand vide. On sentait bien que la rentrée promettait d’être compliquée.

Vendredi 16 octobre 2020. Pendant que nous assistons au spectacle Madame M au CPCR à Liège, rue Jonruelle, le gouvernement belge annonce ses nouvelles mesures pour contrer la deuxième vague de la pandémie du COVID-19. Cette deuxième vague, qui n’était qu’une menace fantôme en juillet-août, est bien là.

Madame M au CPCR (Liège) - Photo : Gilderic
Madame M

Nous entrons dans la salle de spectacle avant d’avoir les détails de l’annonce du Premier ministre, mais l’essentiel des mesures font déjà la une des médias en ligne. La pièce nous entraîne loin du Coronavirus et de la pandémie. Ce n’est pas du théâtre comique. On y parle de désastre écologique et de crise psychologique, mais pendant une heure la fiction crée une bulle hors de l’actualité.

En sortant du théâtre, mon smartphone me confirme les mauvaises nouvelles. Les mesures gouvernementales sont radicales. Fermeture de l’HORECA (bars, cafés et restaurants) sur tout le territoire belge. Couvre-feu de minuit à 5 heures. Télétravail obligatoire quand c’est possible. Le retour au présent est brutal.

Eglise Saint-Barthélémy dans la nuit
Saint-Barthélémy

Nous traversons la ville à pied pour aller prendre le bus et rentrer à la maison. Le couvre-feu annoncé n’est pas encore d’application, mais les rues sont déjà vides. Peu de monde dans les bars, des restaurants qui ne sont pas complets. Je sors mon appareil photo pour capter quelques images au passage.

Couvre-feu à Liège - street photo

Ce n’est pas le couvre-feu dans ma tête. Des émotions complexes et contradictoires s’y bousculent. Les idées soulevées par le monologue de Madame M et ces nouvelles mesures s’entremêlent.

Couvre-feu à Liège : un vendredi soir désert

Le mot couvre-feu résonne dans ces rues désertes. C’est un mot effrayant, lourd de sous-entendus.

Couvre-feu à Liège : les restos doivent fermer

Nous hâtons le pas. L’air automnal est frais. Marcher évite de penser.

Couvre-feu à Liège : ville morte

Là où devrait retentir des rires et des conversations ne plane que le silence. Nous traversons des places vides. Passons devant des parkings fermés.

Couvre-feu à Liège : ruelle et graffitis dans la nuit.

Ces ruelles désertes, où les graffitis ont remplacé les gens n’invitent pas à l’optimisme.

Couvre-feu à Liège

Nous arrivons à l’arrêt de bus. Je prends une dernière photo. Le couvre-feu commence lundi, pour au moins un mois. Je ne sais pas encore quelle sera la prochaine chronique. J’espère juste qu’elle sera plus optimiste et joyeuse que celle-ci.

Couvre-feu à Liège : dernier bus

5 commentaires sur “Couvre-feu à Liège : Chroniques du confinement #11

Ajouter un commentaire

  1. un truc que je n’ai pas compris : » fermeture des bars cafés et restaurants » et, plus loin, couvre-feu de minuit à 5 heures. Ça veut dire qu’il n’y aura que les magasins, pharmacies etc ouverts en journée? Si c’est le cas, bonjour tristesse, on va tous finir neurasthéniques!
    Bon courage à toi, et merci pour tes belles photos (là, le virus n’a plus qu’à la fermer!).

    Aimé par 1 personne

  2. Couvre-feu de 21h à 6h en Ile de France … Les contaminations se font surtout au travail, dans les transports, les restaurateurs et autres doivent être ravis qu’on les contraignent pour pas grande chose .. Les pauvres. Et puis, c’est surtout une saisonnalité qui vient de s’installer, pas de 2nde vague, enfin bref, tous ces secteurs vont avoir du mal à s’en relever, pour les gens qui ont un travail, pour le moment, ça va. L’aspect psychologique des restrictions de liberté est aussi quelque chose qui se gère au mental, nous ne sommes pas dans des pays en guerre, nous avons de quoi manger, même si c’est très pesant à force, nous sommes plutôt bien lôtis. Oui, j’aime aller au ciné, au resto le soir, mais après c’est l’occasion de s’adapter, cuisine maison et petits films dans le canapé ! 🙂
    Je ne vis pas dans une grosse ville alors je ne vois pas les bars et restaurants se vider vraiment, je suis en lotissement dans une petite ville mais passer devant ses commerces doit faire étrange évidemment. 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Les mesures en Belgique et en France varient un peu, mais le résultat est similaire. Tu as raison, il faut s’adapter et se raisonner. Même si tous ces messages anxiogènes envoyés par les médias n’aident pas.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :