Superheroes Never Die – exposition au Musée juif de Belgique

Une semaine avant le confinement, nous avons passé un week-end en amoureux à Bruxelles. Le temps était mauvais. Nous en avons donc profité pour visiter deux expositions, sans nous douter un instant que c’était notre dernière sortie culturelle avant un long moment.

Nous sommes arrivés à Bruxelles sans un programme établi, bien décidés à concocter notre menu en fonction de l’humeur et de la météo. En consultant la liste des expositions, quand j’ai vu les mots « superheroes » et « comics« , je savais par quelle exposition je voulais commencer…

La description de  l’expo Superheroes Never Die. Comics and Jewish Memories au Musée juif de Belgique était alléchante : raconter « comment la bande dessinée américaine s’entremêle, depuis ses débuts et jusqu’à aujourd’hui, aux tumultes de l’Histoire« . Un fameux défi, seulement partiellement réussi.

L’âge d’or des super-héros

J’ai apprécié particulièrement le début de l’exposition. Après une première salle consacrée à la naissance des comic strips, qui paraissaient dans les journaux, la salle principale de l’exposition montre comment une génération de dessinateurs juifs américains ont créé les plus célèbres super-héros : Superman, Batman, Captain America, Spiderman, Hulk,…

Expo Superheroes Never Die : la genèse des comics et des super-héros

Le thème est illustré par des panneaux, des exemplaires de journaux ou de comic books et (c’est le plus intéressant) par des planches originales. Deux créateurs sont mis en avant : Jack Kirby et Stan Lee.

Planche de Captain America, dessinée par Jack Kirby
Extrait d’une planche de Captain America par Jack Kirby

Jack Kirby, maître du noir et blanc

Le parcours du dessinateur Jack Kirby (alias Jacob Kurtzberg) est assez incroyable. Après avoir créé en 1940 le personnage de Captain America avec Joe Simon, il donnera vie avec Stan Lee aux personnages emblématiques de Marvel dans les années 60 : Fantastic Four (les 4 Fantastiques), les X-Men, Thor, Hulk, ou Iron Man.

Extrait d'une planche des "Fantastic Four" dessinée par Jack Kirby
Case d’une planche des « Fantastic Four » de Stan Lee et Jack Kirby

C’est un vrai plaisir de découvrir les planches originales de Kirby. Dépouillées des couleurs criardes des impressions d’époque, la puissance et l’énergie de son trait se révèlent. Ce maître du noir et blanc se distingue par le dynamisme et l’expressivité de ces compositions.

La Chose de Stan Lee, inspirée par le Golem
Stan Lee s’est inspiré du Golem pour créer le personnage de la Chose

Stan Lee, créateur de super-héros

On ne présente plus Stan Lee (alias Stanley Martin Lieber). On lui doit la création des principales stars de l’écurie Marvel dont Spiderman, Black Panther, Daredevil,… Des super-héros qui ont résisté au temps et font aujourd’hui un carton au cinéma. Il a révolutionné les comics de l’époque avec des récits à la structure plus adulte et des personnages plus complexes, qui sont confrontés à des problèmes personnels.

Case d'une planche de Spiderman de Ditko et Stan Lee
Case d’une planche de Spiderman de Ditko et Stan Lee

Will Eisner, père du roman graphique

Le parcours se focalise ensuite sur Will Eisner. Moins connu du grand public, Eisner est en effet un créateur majeurs des comics US. Il est le créateur du Spirit, un héros plus sombre et plus complexe que Superman ou Batman.

Spirit, le justicier masqué créé par Will Eisner (détail d'une planche)
Détail d’une planche de Spirit

Les planches d’Eisner démontrent une époustouflante maîtrise du noir et blanc.

Une case du Spirit de Will Eisner
Cette case du Spirit montre la maîtrise graphique de Eisner

A la fin des années 70, Eisner se tourne vers le récit autobiographique avec A Contract With God et invente le terme « roman graphique ». Il continue à explorer les possibilités de ce format, plus long et plus complexe, jusqu’à sa mort.

Détail d'une planche du roman graphique "To The Heart of the Storm" de Will Eisner
Détail du roman graphique « To The Heart Of The Storm »

Détail d'une planche d'un roman graphique de Will Eisner

Harvey Kurtzman is Mad

La suite de l’exposition se déroule à l’étage. Dans la cage d’escalier, on découvre une évocation du magazine satirique Mad », fondé par Harvey Kurtzman.

L'escalier menant à la suite de l'exposition Superheroes Never Die
Les super-héros de Marvel et DC Comics nous guident vers l’étage.
Batman et Robin parodiés dans "Mad"
Batman et Robin vus par « Mad »

Une brève parenthèse humoristique avant une salle consacrée à la représentation de la Shoah en bande dessinée.

Art Spiegelman

C’est évidemment Art Spiegelman qui est mis à l’honneur dans cette salle. Avec son roman graphique Maus, où il raconte la déportation de son père dans un camp de concentration, il a montré que la bande dessinée n’était pas un art mineur réservé aux enfants et aux adolescents, et qu’elle pouvait aborder des sujets complexes et adultes d’une façon sensible et digne. Ce livre est novateur sur le plan graphique et narratif. Représentant les nazis par des chats et les juifs par des souris, il entremêle la « grande histoire » (l’Holocauste) avec l’histoire intime des relations compliquées de l’auteur avec son père. A lire absolument.

"Maus", chef-d'oeuvre de Art Spiegelman

L’oeuvre de Spiegelman est confrontée à d’autres auteurs qui ont évoqué la Shoah dans leurs bandes dessinées. Inspirée par Maus, Miriam Katin plonge dans ses souvenirs et raconte comment sa mère et elle ont survécu à la guerre en Hongrie dans son roman graphique We are on our own (Seules contre tous), avec un trait tout en fragilité et délicatesse.

Détail d'une planche de Miriam Katin

 

Aline Kominsky-Crumb, autrice underground

Avec Spiegelman, on est loin des super-héros. La salle suivante évoque la culture underground et ses anti-héros à travers une sélection d’oeuvres de Harvey Pekar ou Aline Kominsky-Crumb.

Détail d'une planche d'Alice Kominsky-Crumb
Alice Kominsky-Crumb

Les super-héros ne meurent jamais

Retour aux super-héros dans les dernières salles, qui illustrent de façon un peu brouillonne l’évolution du genre, qui s’ouvre à la représentation de thèmes plus sensibles et adultes comme la sexualité, la religion, les minorités raciales ou l’homosexualité.

New X Men (une des salles de l'expo Superheroes Never Die)

Des oeuvres comme Watchmen d’Alan Moore et Dave Gibbons déconstruisent les codes et les stéréotypes liés aux super-héros et se sont imposées comme des oeuvres majeures de la bande dessinée. Dommage que l’exposition n’en propose qu’une évocation, dénuée de planches originales.

Dr Manhattan (Watchmen), évoqué dans l'expo "Superheroes Never Die"
Dr Manhattan (Watchmen)

Les thèmes et les oeuvres abordés dans cette partie sont intéressants, mais le manque des pièces marquantes pour les illustrer se fait sentir. C’est sur ce bémol que s’achève l’exposition.

Exposition "Superheroes never die"

 

Le mot de la fin

L’exposition Superheroes Never Dies prouve en images que la bande dessinée est un mode d’expression riche et varié qui va bien au-delà de l’image de super-héros en collants et d’histoires simplistes aux couleurs criardes. Les créateurs ont puisé dans leur culture, leur passé, leur vécu, leur aspirations et leurs angoisses pour nourrir leurs récits et donner chair à leurs personnages.

Agrandissement d'une case de Spiderman à l'expo Superheroes Never Die

J’ai apprécié comment l’exposition illustre la naissance et le développement des super-héros, puis la façon dont certains créateurs se sont détournés des capes et des collants pour proposer des récits (autobiographiques ou non) plus denses et plus complexes sous forme de romans graphiques. Mention spéciale aussi à la scénographie de l’exposition qui exploite ingénieusement l’espace d’exposition.

Dr Manhattan (Watchmen)

Même si la fin du parcours est décevante, la visite vaut le détour si vous êtes un amateur de comics (rien que pour admirer les planches de Kirby) ou si vous êtes simplement curieux de découvrir l’évolution de ce type de récits. N’hésitez pas donc pas d’y faire un tour si vous passez par Bruxelles après le déconfinement (l’exposition est prolongée jusqu’au 26 août 2020).

 

3 commentaires sur “Superheroes Never Die – exposition au Musée juif de Belgique

Ajouter un commentaire

  1. God damned ! j’espère que le 26 août ils auront (les super héros) dégommé le virus, que je puisse retourner à Bruxelles (et Anvers aussi). Vas-y, indique leur l’arme fatale, Gildéric! on est tous avec toi!

    Aimé par 2 personnes

  2. Intéressant ! L’expo à l’air bien, parce que des expos sur les supers héros il y en a souvent et partout. J’en avais vu une à la cité art ludique à Paris, c’était pas mal, mais sans plus, le parcours était assez chronologique, mais c’était plus la mise en scène qui m’avait moins plu. 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai vu l’exposition dont tu parles. Elle m’avait plus et je l’ai chroniquée ici :https://gilderic.wordpress.com/2017/05/02/art-dc-comics-expo-super-heros/ . Elle était fort copieuse, mais se concentrait plus sur le rapport entre les comics et les adaptations ciné, si ma mémoire est bonne. Ce qui est vraiment intéressant dans l’expo à bruxelles c’est qu’elle montre l’importance de la culture, du statut des dessinateurs et du contexte dans la création de ces super-héros.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :