Chroniques du confinement #10 : pas de 15 août en Outremeuse

Début juin, je pensais que j’écrivais ma dernière chronique du confinement. Le déconfinement allait bon train et nous étions heureux de pouvoir sortir pour faire autre chose qu’acheter du papier toilette. L’optimisme était de mise, même si nous avons dû chambouller nos vacances. Mais je me trompais : le confinement, ce n’était pas fini.

Le déconfinement insouciant n’aura duré que quelques semaines. Début juillet déjà, les contaminations repartaient à la hausse et la joie d’avoir retrouvé une vie presque normale s’estompait avec l’annonce de nouvelles mesures sanitaires. La pire mesure n’était pas le port du masque obligatoire dès qu’on fait deux pas hors de chez soi.

Un oeil noir te regarde - street art en Roture (Liège)
Un oeil noir te regarde (en Roture)

Un 15 août trop calme

A Liège, le plus gros impact de la pandémie a été l’annulation des fêtes du 15 août en Outremeuse. Pour les Liégeois, cette fête est une tradition immanquable où l’on célèbre le folklore et le passé à grands renfort de peket.

Évidemment, cette annulation était parfaitement logique : il était impossible de maintenir un événement où des milliers de personnes viennent s’entasser dans les ruelles d’Outremeuse.

Fresque street art en Roture (Liège)
Roture : une ruelle calme, sauf durant les festivités du 15 août.

Le calme, mais pas la tempête

N’empêche. Quand le 15 août arrive, le silence et l’absence te plombe le moral. C’est le coup de grâce, après l’annulation des festivals, des concerts,  des spectacles. Me voilà à ruminer chez moi, à tenter de mettre des mots et des images sur mes sentiments du moment.

La Cage aux Lions, en Roture (Liège)
La Cage aux Lions, une des entrées de la rue Roture.

En me promenant dans le quartier d’Outremeuse, au début du confinement, le silence et le calme m’ont frappé. En Roture, l’épicentre du quartier, il n’y avait pas un chat. Dans cette ruelle bordée de bars et restos, c’est toujours fort calme le matin, à des années lumières de la foule du 15 août, mais là c’était particulièrement désert. J’ai pris quelques photos, filmé quelques plans vidéo, sans trop savoir ce que je voulais en faire.

Colombages (détails des anciennes maisons de Roture (Liège)
Colombages en Roture

Une vidéo nostalgique

Ce week-end, alors que je tournais chez moi comme un lion en cage, j’ai trouvé. J’ai monté ces images en alternance avec quelques flashs des fêtes du 15 août. Une façon d’évoquer ce qui fut et qui aurait pu être. Ce montage improvisé est devenu cette courte vidéo mélancolique et nostalgique.

Un peu de poésie

Vieux pavés en Roture (Liège)

Sur Facebook, j’ai improvisé ce texte en accompagnement de cette photo.

Ils en ont vu passer bien des gens
Ces pierres et ces pavés.
Des promeneurs esseulés.
Des habitants passant à grande foulée
Des touristes égarés traversant à petit pas.
Et une fois l’an, la grande foule
Les fêtards se défoulent
Le Peket à flot coule.
La vue se brouille.
Un virus passe
La tradition suspend son vol
Tchantchès reste dans sa bulle
Et c’est le silence qui saoûle.
L’auraient-il imaginé
Ces pierres et ces pavés?
Hommage à Méliès : street art en Roture (Liège)
Hommage à Méliès en Roture

Confinement artistique et culturel

Au-delà de l’annulation de la fête, j’ai une pensée pour tous les artistes, les musiciens, les membres de sociétés folkloriques, les techniciens, tous ceux dont le présent (et parfois l’avenir) sont remis en cause par la pandémie. Tous victimes du confinement culturel et artistique qui ternit notre existence.

Balade en Roture (Liège)

8 commentaires sur “Chroniques du confinement #10 : pas de 15 août en Outremeuse

Ajouter un commentaire

  1. Reportage très intéressant
    même si c’est un peu triste de ne plus pouvoir se réunir, voir des spectacles, des concerts. Sur la côte atlantique, grâce à la présence des nombreux touristes, nous avons quelques animations culturelles, mais nous sommes en manque !!! Nous espérons que tout cela ne va pas durer pour nous permettre de retrouver notre optimisme (et les gens du spectacle, leur gagne-pain) !

    Aimé par 2 personnes

    1. « All Things Must Pass », comme le chantait si justement George Harrison. La situation est triste, difficile à vivre parfois, mais elle permet aussi de voir les choses différemment et de relativiser. C’est aussi l’occasion de prendre le temps. De vivre, de créer, de découvrir…

      J'aime

  2. C’est toujours difficile de se dire que certaines fêtes que l’on connait n’auront pas lieu cette année. Les images de l’année dernière sont tout de même là pour mettre un peu d’ambiance ! 😉

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :